Page chargée

Thématique du numéro

L’économie sociale comme vecteur de développement régional

17 juin 2024

Chantier de l’économie sociale

En 1996, le gouvernement reconnaît la crise économique et sociale qui secoue le Québec. C’est dans ce contexte que se tient le Sommet sur l’économie et l’emploi. Au centre de ces discussions qui portèrent autant sur le privé, le public que le collectif : la reconnaissance du besoin de développer des capacités d’action collective complémentaires à celles de l’État. C’est dans la foulée de ce Sommet qu’on retrouve la naissance du mouvement moderne de l’économie sociale, qui se veut une alternative à l’économie traditionnelle.

Partout au Québec, on trouve des entreprises inspirantes et innovantes ancrées sur leur territoire qui répondent aux besoins réels de leur collectivité. Les entreprises d’économie sociale prennent différentes formes, mais ont en commun la gouvernance démocratique. C’est-à-dire qu’elles sont des organismes à but non lucratif (OBNL) ou des coopératives gérées par et pour leurs communautés. Elles aspirent à la viabilité financière tout en trouvant un équilibre entre la rentabilité et la réalisation de leur mission sociale. Qu’on parle de résidence privée pour aînés à but non lucratif (RPA), de centre de la petite enfance (CPE) ou de ferme coopérative, ces entreprises sont garantes de la vitalité régionale, en réinvestissant leurs profits au sein de l’entreprise ou de la communauté.


Le Chantier de l’économie sociale est un carrefour entre les actrices et acteurs du milieu. Il permet de concerter les points de vue, les réalités et les difficultés des partenaires du mouvement afin de le faire avancer. À travers les régions du Québec, les initiatives en économie sociale foisonnent. Le Chantier a effectué une tournée des régions pour prendre le pouls des réalités régionales, en préparation du Sommet de l’économie sociale qui a eu lieu du 14 et 15 mai 2025

Exemples d’initiatives régionales

Autant dans les régions plus éloignées que plus proches des centres, l’économie sociale permet à divers entrepreneurs collectifs de trouver des modèles d’entreprises qui les représentent.


Les Pavillons du 49e, un OBNL d’habitation en réponse au besoin de logement dans la région de la Baie-James

Les travailleurs, qui font souvent des aller-retours en avion de leur ville de résidence à leur travail, auront la possibilité de s’établir à Chibougamau. En plus d’offrir des logements aux personnes travaillant dans la région, cet OBNL permet aussi à la ville de se dynamiser. L’OBNL des Pavillons du 49e est un projet de partenariat public- privé collectif qui a pour mission de développer des habitations à l’image de la population chibougamoise et qui répondent à leurs besoins. L’OBNL va ainsi réinvestir le profit fait par ces locations dans l’immeuble lui-même ou dans la construction d’autres logements dans la ville. Cet argent ne quittera pas la communauté et servira à bonifier sa vitalité. Les entrepreneurs collectifs sont donc réellement des vecteurs de développement pour les régions, car non seulement ils y sont ancrés, mais ils s’assurent de développer des projets qui enrichissent leur région.

Développer et stimuler une région grâce au Pax Habitat à Joliette

La conversion d’un ancien couvent de sœurs cloîtrées en résidence pour personnes âgées est à la base de cet organisme. Le Pax Habitat offre une alternative aux RPA à but lucratif et aux centres de soins et d’établissement de longue durée (CHSLD). Cette résidence offre une stabilité aux personnes âgées qui sont souvent contraintes de déménager plus régulièrement en fonction de leur état de santé et des services qui peuvent leur être offerts. Pax Habitat propose donc un continuum de soins aux résidentes et résidents. Ces soins de différentes natures permettent ainsi aux personnes de rester jusqu’en fin de vie au même endroit si elles le souhaitent. En plus d’être un lieu où les résidentes et résidents peuvent rester à long terme, le bâtiment encourage l’abordabilité et l’intergénérationnalité. La résidence héberge, par exemple, un CPE. Cette requalification de bâtiment donne une excellente vitrine à la ville de Joliette, la résidence ayant reçu une multitude de candidatures depuis son ouverture. Le Pax Habitat, tout comme les Pavillons du 49e, est un organisme à but non lucratif donc tous les profits sont réinvestis pour améliorer l’habitat lui-même, que ce soient par les soins offerts, les salaires des employés ou encore l’entretien du bâtiment.


Le développement régional par la Place du marché de la Petite Nation

Située à Ripon, la coopérative Place du marché de la Petite Nation existe depuis 14 ans et est un exemple d’entreprise collective qui contribue au développement régional. Marché public durant la belle saison et espace communautaire toute l’année, c’est un endroit où la communauté de Ripon peut se rassembler. Depuis la pandémie, une petite concentration d’organisations d’économie sociale a vu le jour à Ripon et ont emmené un regain de vitalité au village. La Place du marché développe actuellement une monnaie locale pour la MRC de Papineau, ce qui dynamise la région et va encourager le commerce local. L’Université du Québec en Outaouais (UQO) a un pavillon qui accueille de nombreux étudiants étrangers. Avec la Place du marché comme lieu de rassemblement, le Manoir de Ripon qui héberge des étudiantes et étudiants et une concentration d’organisations qui offrent des services, la ville de Ripon démontre l’effervescence de cette région. La coopérative est donc un pilier de ce développement collectif régional.

Bref, sous toutes ses formes, l’économie sociale est un réel vecteur de développement régional. Que ce soit pour attirer des gens au sein des communautés que pour les encourager à s’établir hors des centres, l’entrepreneuriat collectif est une réponse dynamique et concrète.